Mon point de vue sur le Récital Variété

 

 

Pour en définir basiquement les termes :

Récital parce qu’il s’agit d’un concert dont je suis le seul interprète.

Variété parce que le programme du récital est puisé dans le répertoire de la chanson de variété.

Concert de variété

D’abord un point d’évidence : Dans un récital, le public écoute et ne danse pas. On concentre son attention et l’on reçoit des choses.

Second point : Mon récital n’est pas un concert de variété comme les autres. Le répertoire est bien sûr varié mais la liste des chanteurs interprétés est des plus éclectiques.

Il ne couvre pas non plus une époque ni un style d’artistes particuliers mais il s’agit d’en interprèter plusieurs, ce dont je vais parler un peu plus bas. Je signale aussi que les chansons sont en général bien connues et font partie de diverses époques.

Ça fait donc très plaisir de réentendre des airs que nous avons aimés. Mais ce n’est qu’un minimum …

Notez également un type de concert thématique pour un artiste en particulier comme celui dédié à Claude Nougaro intitulé « Nougaro et Cie »

Du plaisir certes mais encore ?

Pour parler maintenant de la véritable finalité de ce récital, ce qui m’intéresse dans l’interprétation c’est de transmettre l’émotion.

Que ce soit pour le rire, le romantisme, la nostalgie ou tout ce que vous voudrez, le ressenti doit-être intense. C’est cela mon but ni plus ni moins.

But atteint car il n’est pas un seul concert où je n’ai observé des spectateurs bouleversés.

Rien d’étonnant à cela puisque je tombe dans le panneau de me bouleverser moi-même dans certains morceaux ! Le bon acteur reste-t-il toujours de marbre ? En ce qui me concerne, quand je fais partager mon émotion, j’ai parfois du mal à n’y rien paraître.

Comment, me direz-vous, puis-je donner aussi de l’émotion avec les chansons des autres ?

Certes notre vécu y est pour quelque chose, mais pas seulement. Je ne vais pas vous faire un cours d’interprétation ou de rendu sonore mais en résumé pour faire très court « Tout est dans l’expression de la voix ! »

C’est vrai que la nature ne s’est pas fichu de moi et je suis très fier d’avoir une voix qui tient toujours la route après des décennies de professionnalisme pendant lesquelles j’ai fait travailler de manière continue cet « instrument ».

Il s’avère aussi que je suis surtout très égoiste et que, comme je me prend un pied d’enfer à chanter mes chansons, cette chaleur là se diffuse, se propage et si il y a quelqu’un en face ça se transmet, « ça me pénétre jusqu’aux os » m’a-t-on dit une fois.

Ce n’est paraît-il pas douloureux, mais c’est physique on n’y peut rien, je constate.

Je ne fais pas qu’imiter, je m’incarne !

je vais vous éclairer maintenant un peu plus sur ce point que j’annonçais plus haut en vous citant ce que me disent certaines personnes à la fin de mes prestations :

« Je n’avais qu’à fermer les yeux et c’était lui qui était là, quel bonheur… »

Voilà quetchoze qui m’émeuuhhh énormément je dois dire. Mais attention, surtout ne me dites pas que j’imite, j’ai horreur de ça !
On ne dit pas à un imitateur qu’il imite même si c’est bien. C’est en fait paradoxalement très réducteur.

En fait j’ai le grand défaut d’aimer certains chanteurs viscéralement (je dois cette « tare » à l’extrême sensibilité que mon vécu m’a imprégnié, mais cette « grâce » a des effets pervers dont je ne parlerai pas ici). Cela veut dire que je suis tellement dans sa peau que je ne l’imite pas,  j’ai l’impression d’être lui. et ça fonctionne au point d’être souvent très bluffant vocalement. Je ne cherche pas l’exploit, vous êtes dans une émotion parce que je suis dans la mienne, c’est aussi simple que cela.

Ce qui me rassure un peu, c’est avoir entendu certains acteurs qui disaient la même chose au sujet des personnages qu’ils incarnaient… donc je ne suis pas encore trop fou.

D’autre part, ce n’est pas général car j’aime aussi garder ma voix personnelle dans beaucoup de chansons ne serait-ce que pour une autre forme de plaisir.

Quand on me dit merci ou bravo je rétorque toujours que le meilleur était pour moi et l’autre me répond toujours que ça se voyait. Donc pas de secret, c’est bien de l’égoisme, et la joie d’avoir fait plaisir ça en est encore.

On peut écouter en mangeant, mais …

Je signale entre parenthèses qu’un autre type de prestation en dehors du récital fait partie de mes activités. Il s’agit de la chanson d’ambiance, que l’on pourrait appeler des Apéritifs-concerts ou encore « Repas-Chansons » ou les deux à la suite.

Concernant ces ambiances musicales chantées, bien que le public ne soit pas forcément très attentif, je m’investis de la même manière. D’ailleurs, si je ne le faisais pas, je ne pourrais sans doute pas sortir un son convenable.

Je vous avouerai que cette formule fait tomber un peu la magie évoquée plus haut et c’est dommage, mais le charme est la plupart du temps quand même là.

 ce sujet une anecdote croustillante lors d’un goûter d’anniversaire :

Un convive à l’organisateur : « Au lieu de passer des CD, il ne chante pas ton gars » ?

L’organisateur : « Si tu regardais un peu par là-bas, tu verrais qu’il ne fait que ça ».

Un peu plus, le quidam se faisait engueuler ! Entre parenthèses, à part le côté marrant de l’histoire, ce genre de remarque fait bien plaisir car on n’est pas toujours satisfait dans ce type de prestation où la majorité du public est souvent hypnotisé par le buffet, tout au moins à l’ouverture.

J’évoquerai aussi la situation heureusement rare où je me fais pourrir par un invité peu observateur à qui « je fais honte » en faisant d’après lui « semblant de chanter » trompant ainsi le public d’une manière « inadmissible » (sic).

Une bonne occasion pour moi de me bidonner avec l’un ou l’autre de mes fans (rire bigrement égoîste encore et très impoli vis à vis du pseudo mélomane en question). Parfois la vie est méchamment drôle…

Vous aimerez aussi...